06/05/2007


Peggy Bouchet / Stéphane Rousson - Le team Windream One prend ses quartiers dans l´ancienne base aéronavale de Saint-Mandrier

Un mois après le lancement officiel de la campagne THEOLIA-WINDREAM ONE et l´annonce du parrainage par le Groupe THEOLIA de ce nouveau défi humain et technologique, Peggy Bouchet et Stéphane Rousson entrent dans une nouvelle phase du projet...

... avec la prise de possession de leur camp de base, un vaste hangar mis à leur disposition dans l´ancienne base aéronavale de Saint-Mandrier. Pour les deux aventuriers, la fin du mois d´avril marque également le terme d´une des étapes importantes du process de conception du ballon avec la fin de la construction, à Brest, du prototype de la nacelle. 

St-Mandrier : Camp de base de Windream One 

Stéphane Rousson, originaire de Méditerranée, a pris possession mi avril des nouveaux locaux du projet Windream One après plusieurs mois passés en Normandie où il habite depuis 3 ans, à construire le prototype à l´échelle 1/3 de l´enveloppe du ballon. Ce vaste hangar de 15 m de haut et de 1 600 m² va permettre à Stéphane d´effectuer, en intérieur, les premiers vols d´essais du prototype équipé pour la circonstance d´une nacelle tubulaire ultra légère propulsée par un moteur thermique d´une poussée de 3Kw. 

Une deuxième vague de vols est prévue en extérieur au-dessus du terre-plein afin de s´assurer de la totale sécurité de l´engin, puis Stéphane se lancera début mai en solo pour une série de cinq journées de vol au-dessus de la mer avec pour objectif d´identifier différentes options de pilotage et valider certains concepts utilisés sur Windream One, notamment le chien de mer. Une fois ces concepts validés, Peggy effectuera à son tour un vol d´essai sur le prototype, l´occasion pour elle de découvrir et de s´initier aux principes aéronautiques du futur vol de Windream One. En attendant de rejoindre Stéphane à Saint-Mandrier, Peggy vient de finir de construire le proto de la nacelle à Brest et poursuit sa formation de pilote. 

Depuis sa prise de quartier à Saint-Mandrier, Stéphane Rousson a reçu à plusieurs reprises la visite de représentants de la Marine Nationale, partenaire du projet, sur cette base désormais possession de la Communauté d´Agglomération Toulon Provence Méditerranée, également partenaire de la campagne WINDREAM ONE. Les militaires se sont montrés particulièrement enthousiasmés par le projet. 

Un timing parfaitement respecté : 

Stéphane Rousson :

« Il y a trois ans quand j´avais imaginé ce projet, j´avais programmé deux années de développement, une fois les financements trouvés. Nous avons signé avec THEOLIA en décembre 2006 et, grâce à l´énorme travail fourni en amont, par les entreprises, les écoles et les universités avec qui nous avons des partenariats techniques et scientifiques, nous serons prêts en 12 mois, pour répondre à la demande de THEOLIA. Pendant trois ans, ingénieurs, techniciens, architectes, Peggy et moi-même avons poursuivi avec enthousiasme nos recherches alors que les financements n´étaient pas encore finalisés. Ce travail d´équipe nous permet aujourd´hui d´être opérationnels et de respecter à la lettre notre calendrier de prises de décisions, que ce soit pour la construction de la nacelle, les dessins de l´enveloppe ou la fabrication des tissus spécifiques. Les forces vives de ce projet ont toujours su aménager leurs contraintes pour répondre à nos demandes dans les délais, et c´est grâce à cette mobilisation que nous tiendrons notre agenda, à savoir le premier vol et le baptême de WINDREAM ONE, mi-septembre à Toulon. » 

Les prochaines étapes : 

Toulon : fin mai - lancement de la construction de l´enveloppe de WINDREAM ONE  

Voilerie Gateff

- La voilerie Gateff qui possède une certification du CNES au Centre Spatial Guyanais, pour des ballons scientifiques de leur conception et de leur fabrication, développe depuis 1995 une culture aérologique mise en application dans la fabrication de l´enveloppe de WINDREAM ONE. Jean-Paul Gateff et son équipe vont utiliser différentes techniques très particulières pour respecter le dessin novateur de l´enveloppe trilobée et les matériaux spécifiques utilisés. Parmi ces techniques d´assemblage, on retrouve le collage, la couture, la soudure à chaud, et la soudure haute fréquence. 

Méditerranée : fin mai - lancement de la construction de la nacelle de WINDREAM ONE 

Chantier :

sélection en cours 

Brest : fin de la construction de la maquette prototype de la nacelle 

Construite en contreplaqué dans un chantier à Brest, cette forme à l´échelle 1 du dessin de Gérard Chenus et du cabinet d´architectes navals VPLP, a déjà permis de faire un premier travail de validation sur l´ergonomie du concept et de revoir certains points sur les dessins 3D qui serviront pour la nacelle définitive, notamment sur les volumes de la cabine et du cockpit. Après les derniers ponçages et un dernier coup de peinture, le proto doit rejoindre fin avril l´Université de Technologie de Belfort-Montbéliard. L´UTBM est l´un des partenaires scientifiques de Windream One, notamment au travers de six de ses enseignants-rechercheurs et élèves en Génie Electrique, sous la direction de David Bouquain qui ont pris en charge les études sur la partie énergétique du ballon. 

Après la réception de la maquette dans leurs laboratoires, leur mission sera de dégager une première approche des modèles d´installations nécessaires pour alimenter les différentes demandes énergétiques du ballon pour les moteurs sustentateurs. Un travail de haute précision qui devrait demander plusieurs semaines avant d´avoir des résultats concrets sur les options à retenir. 

Comme au temps des pionniers de l´aviation, Peggy et Stéphane ne conçoivent pas de ne pas être totalement impliqués à chaque étape de leur aventure. Qu´elles touchent à la conception, aux recherches ou à la construction des prototypes et des structures définitives, les deux pilotes veulent suivre pas à pas les différentes séquences de la naissance de Windream One, afin d´en posséder tous les arcanes. 

De part leur culture respective, Stéphane, aéronaute reconnu, se concentre actuellement sur la partie aéronautique, avec la construction de l´enveloppe du ballon, l´organisation des vols test à Saint-Mandrier et le suivi de la recherche et du développement sur les matériaux. Peggy de son côté, consacre davantage de temps à la construction du proto de la nacelle dont le concept est assez proche du bateau à rames avec lequel elle a traversé par deux fois l´Atlantique, tout en alternant avec ses cours de pilotage d´avion et de nombreux rendez-vous à Paris avec les partenaires. Des moments forts en prise directe avec la réalité de cette aventure exceptionnelle que Peggy raconte : 

Carnet de bord par Peggy Bouchet

LA CONSTRUCTION DE LA NACELLE 

Le mercredi 28 mars, à 14h, le livreur décharge la commande passée la veille. Une à une, les 10 planches de contreplaqué de 9 mm s´amoncellent dans le hangar. Mi-mars, je proposais à Stéphane de construire la maquette prototype de la nacelle à l´échelle 1. C´était non sans me rappeler, avec une certaine nostalgie, mes journées sur le chantier de mon bateau, passant des heures à visser, poncer, stratifier, chérir ma petite embarcation. Cette fois encore, je voulais connaître par coeur celle qui sera dans quelques mois notre « cabine volante », la nacelle du Windream One. 

L´équipe de l´aéroport de Brest a eu la gentillesse de mettre un hangar à notre disposition pour cette occasion. La proximité de l´aéroclub me permet ainsi de prendre mes cours de pilotage. Dans l´air frais avoisinant les 5 degrés, je trace, mesure, gomme, ajuste, téléphone à l´architecte pour confirmer des cotes... Cela me rappelle les heures interminables de montages des meubles IKEA, mais en plus ardu ! 

Yves, charpentier de marine, m´a donné un coup de main. Notre labeur s´orchestre entre les bruits de la scie sauteuse, la scie circulaire, la visseuse et ce sacré téléphone qui lui aussi veut imposer sa partition... ! 

Je suis heureuse, j´aime le bois, son odeur, la noblesse de cet élément. 

En 5 jours, nous avons pu monter le ber (forme destinée à maintenir la nacelle) ainsi que le fond de la nacelle. Le personnel de l´aéroport nous rend quotidiennement visite, intrigué, enthousiaste, toujours prêt à nous rendre service ; la petite famille de l´Air se réunit autour du futur nouveau né ! 

Stéphane arrive, une semaine plus tard, pour trois jours de travail intensif. Ensemble, nous assemblons le reste de la nacelle. Au fil des heures, la maquette prototype prend forme. Pendant que Stéphane ajuste les derniers « morceaux », je me contorsionne dans « notre » cabine pour la stratifier. Nos masques à poussière nous font ressembler à Dark Vador. 

J´ai réussi à trouver un petit chauffage électrique qui assure une prise rapide de la résine époxy qui se colle partout : sur les cheveux, les vêtements, les mains... Ouf, un peu d´air ! Je sors jeter un coup d´oeil à ce qui sera à la fois la salle à manger, la salle de bains, la cuisine, le PC de vol et la chambre (pour l´un de nous deux, pendant que l´autre pilotera) avec une future vue sur la mer... par le hublot central ; le grand standing... ! 

Je suis ravie, la cabine est plus « spacieuse », plus confortable que celle de ma précédente embarcation. Plus large, plus longue de ... quelques dizaines de centimètres ! Quant au cockpit (espace extérieur d´où nous piloterons), je crains que nous soyons un peu à l´étroit lors des manoeuvres. Stéphane me rassure et pour pallier à cette inquiétude d´un coup de scie magique nous débarrasse de la console trop encombrante qui siégeait en beau milieu de notre cockpit. Il la remplace par un coffrage plus sommaire mais tout aussi utile ! 

Bien sûr, cette nacelle n´est qu´une maquette mais elle nous est précieuse pour simuler notre prochaine vie à bord. D´ores et déjà, Stéphane et moi sommes en mesure de toucher, de mesurer à l´échelle les rangements, les positions de pilotage, les appareils... 

Après cette étape, ce qui n´est qu´une maquette prendra alors vie pour ressembler à notre nacelle volante parfaitement identifiée, contrairement aux OVNI ! 

Après avoir recouvert de résine l´intérieur de la nacelle, je la regarde une dernière fois avant de fermer la porte du hangar, avec une certaine émotion et une fierté du travail bien fait. Je sais que nous n´en sommes qu´aux prémices, mais je sais que c´est le présage d´une fantastique aventure humaine et technologique. A suivre ! Kenavo. 

Source : agence Hickory 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter