20/03/2007


Peggy Bouchet / Stéphane Rousson - Lancement officiel de la campagne de Windream One

Ce matin, à Paris, a été officiellement lancée la campagne Windream One, entreprise par Peggy Bouchet et Stéphane Rousson et parrainée par le Groupe Theolia.

Ce projet de traversée de l´Atlantique en ballon-voile uniquement propulsé par des énergies naturelles et renouvelables, renvoie à l´imaginaire des grandes découvertes de l´aéronautique où le courage, la persévérance et le léger brin de folie « d´esprits visionnaires et aventuriers » emmenaient les générations futures vers de nouvelles technologies.
 

L´ambition de Windream One est à la hauteur de l´enjeu : réussir en première mondiale la traversée « aéromaritime » de l´Atlantique à partir des énergies renouvelables. La démarche ne s´inscrit pas dans la logique d´un record ou de la simple prouesse mais dans celle du véritable défi technologique de couvrir une distance de 5.000 km en volant de jour comme de nuit grâce à la seule force des énergies propres et alternatives. La volonté des acteurs du programme Windream One est d´écrire une nouvelle page de l´aventure aéronautique, mettant en oeuvre les énergies alternatives de demain où le Groupe français Theolia est l´un des précurseurs européens. 

Pour fédérer autour de cette formidable aventure humaine et technologique une équipe élargie d´une vingtaine de chercheurs privés et universitaires ainsi que des partenaires techniques et financiers, il a fallu toute la ténacité, l´inspiration, les connaissances et l´audace de deux visionnaires : le concepteur du projet, Stéphane Rousson, expert reconnu en aérostation et la navigatrice-aventurière Peggy Bouchet, qui apporte ses connaissances de gestion de projets, et l´expérience maritime de ses traversées de l´Atlantique à la rame en solitaire. 

Après trois ans de maturation et de préparation, Peggy et Stéphane sont désormais prêts à entrer dans la partie concrète de la campagne Windream One avec le groupe Theolia. Les recherches sur des techniques très élaborées en termes aérauliques et énergétiques touchent à leur fin. La construction du ballon, de la nacelle et des appendices de navigation sera lancée au mois de juin prochain. Après un baptême prévu à Toulon mi-septembre, un premier vol test en octobre entre Nice et Calvi puis un vol de démonstration au-dessus du Lac Léman en novembre, le Team Windream One gagnera début janvier la ville de Dakar au Sénégal où il installera sa base technique. Après le remontage du ballon, et une nouvelle série de tests, les pilotes Peggy Bouchet et Stéphane Rousson se mettront en « stand by » météo avant de prendre les airs mais aussi la mer pour une traversée d´une dizaine de jours, cap sur la Martinique. 

En effet, si le soleil et le vent seront les principales sources d´énergies de Windream One, la mer sera une composante à part entière de ce défi technologique puisque Windream One est un dirigeable de 900 m³ d´hélium, long de 28,50 m, équipé d´un « chien de mer », une aile courbe en carbone immergée reliée à la nacelle du ballon par un câble d´une longueur réglable entre 20 et 50 m et qui joue, à distance, le rôle de dérive. Cet appendice permettra à l´équipage de maîtriser sa trajectoire de vol. 

Les dommages environnementaux et l´épuisement annoncé des énergies classiques fossiles et les dangers potentiels de la mise en oeuvre nucléaire, obligent à réfléchir à de nouveaux comportements dans le souci des générations futures. De cette urgence de plus en plus pressante sont nés des groupes industriels comme Theolia et des aventuriers comme Peggy et Stéphane, prêts à explorer les nouveaux horizons de ces technologies, même au risque de leur vie. Les ENR (énergies renouvelables) sont encore au début de leur développement et laissent perplexes certains. La campagne pionnière et visionnaire de Windream One veut apporter sa contribution aux efforts engagés par de nombreux acteurs pour une meilleures compréhension des innombrables applications mettant en oeuvre des énergies propres, renouvelables et alternatives. 

Jean Marie Santander - Président fondateur de groupe européen Theolia : « Peggy Bouchet, Stéphane Rousson et Theolia évoluent au travers de valeurs communes : la volonté, l´abnégation et la soif de réussir. Notre secteur d´activités, les ENR, n´est pas encore complètement mature. Il reste beaucoup de recherches à faire pour que la filière progresse ... et surtout pour valoriser les énergies renouvelables dans d´autres applications que la production d´électricité. C´est la raison pour laquelle Theolia s´est engagé auprès de Peggy et de Stéphane pour soutenir leur projet technologique et aventurier, Windream One. Si nous voulons que les ENR occupent une place plus importante dans notre quotidien et qu´elles s´imposent au détriment des énergies fossiles et du nucléaire, nous nous devons d´encourager et de favoriser ce type d´initiative ». 

Le Groupe Theolia - L´énergie nature 

Le Groupe Theolia produit de l'électricité à partir d'énergies renouvelables et principalement à partir de la force éolienne. 

Européen et indépendant, Theolia est aujourd´hui l´un des rares producteurs d´électricité orienté vers la force éolienne. Poussé par une conviction profonde qu'il faut préserver le futur, le Groupe développe ses applications dans les secteurs de l'éolien, de la biomasse, du biogaz, du solaire. Les défis environnementaux et les contraintes économiques ou géopolitiques confortent aujourd'hui ce choix à la fois humaniste et stratégique. Contrairement aux convictions du passé, le groupe Theolia est arrivé à conjuguer environnement et économie. Coté sur Euronext Eurolist B, le groupe Theolia est désormais un acteur européen majeur de la production d´électricité d´origine éolienne. 

Principe de fonctionnement de Windream One 

Le concept inédit de Windream One, un dirigeable, utilisant la mer, le soleil et les airs, comme seuls moyens de propulsion. 

> En mode "chien de mer", Windream One est capable de remonter au vent comme un voilier, grâce à cet appendice en carbone qui lui sert de quille. Il utilise alors les énergies de la mer et du vent.
> En mode "moteur électrique", grâce à ses panneaux solaires, Windream One n´utilise que le soleil comme source d´énergie pour se diriger, contrôler son altitude de vol et alimenter les servitudes de bord. 

L'architecture générale 

Les atouts de la forme delta trilobée : cette enveloppe, pourtant souple, peut soutenir un moteur propulsif sur son arrière. C´est une première mondiale car d´autres dirigeables, comme le zeppelin NT ont un moteur à l´arrière mais sur des structures semi-rigides. La plupart des autres dirigeables ont leurs moteurs propulsifs sur les côtés de la nacelle. 

L´enveloppe de type Liftium® (conception Didier Costes). Le Liftium® est une structure souple trilobée en forme de fléchette, permettant le positionnement d´un moteur propulsif orientable en queue d´appareil. 

Le ballonnet d´air permet de maintenir la pression constante de l´hélium dans l´enveloppe, de conserver une forme parfaitement aérodynamique et de naviguer en tangage. Il se gonfle grâce à un ventilateur à déclenchement commandé, alimenté par des batteries rechargées par les panneaux solaires. On le vide en activant manuellement ou automatiquement une soupape. 

La nacelle. Construite en carbone, elle est suspendue en six points aux tubes de quille. De conception marine, fuselée, elle est facilement déplaçable d´avant en arrière afin de modifier le centre de gravité du ballon et donc son incidence de vol. Cette nacelle-bateau, conçue comme un canot de survie pour les pilotes est largable en cas d´urgence (fuite d´hélium importante, déchirure du ballon, etc). Equipée d´un panneau de pont et de hublots étanches, elle est insubmersible. Autonome en énergie, elle est équipée de panneaux solaires qui alimentent les moyens de transmissions radio, de navigation et de positionnement. 

La quille est formée de deux tubes de carbone parallèles, fixés sur le ventre du ballon et supporte la moitié du poids de la nacelle. Le chien de mer (CDM) est également fixé sur ce tube, en avant de la nacelle. 

Le chien de mer (CDM). Idée et conception de Didier Costes, optimisé pour la version Windream One par Stéphane Rousson et l´ENSIETA, (École Nationale Supérieure d´Ingénieurs des Études et Techniques d´Armement). Son principe est le même que celui de la dérive d´un voilier et peut s´utiliser pour un vol entre 50 et 200 m d´altitude au-dessus de la mer. Cette dérive construite en carbone est reliée par un câble à la structure du dirigeable et a la forme d´une aile courbe qui s´accroche dans l´eau. L´équilibre en tangage est procuré par une poutre hors d´eau portant des palpeurs automatiques hydro-planants. L´équilibre en roulis et en cap est procuré par la tension du câble et la profondeur d´immersion régulée par la courbure de l´aile. Lorsque le ballon vole au moteur électrique, le chien de mer est relevé et le ballon est piloté aux gouvernes. Par vent fort, l´usage du CDM est rendu difficile et donc peu recommandé. En cas de problème majeur, le CDM peut être largué. 

Autres équipements d'aide au vol 

Le guide rope marine est un tuyau souple en toile étanche qui agit comme lest. Mis à l´eau pour le pilotage de nuit, en cas de vent nul, ou de défection du CDM, le guide rope marine se remplit et se vide automatiquement en fonction de l´allègement ou de la lourdeur du ballon. 

La souris est une écope hydro-planante stabilisée, utilisée pour la capture d´eau de mer du matin qui servira de lest pendant la journée. Elle est actionnée manuellement avec un winch. 

L´ancre flottante, de type marine, est maintenue par un câble en bout de nez du ballon. En cas de défection du CDM, couplée au guide rope, l´ancre flottante agira comme un mât laissant le ballon en girouette face au vent. 

Les sources d´énergies 

Les panneaux solaires représentent une surface totale de 20 m² environ pour 80 kg et sont fixés sur l´extrados des gouvernes, à l´arrière du ballon. En secours, deux petits panneaux solaires équipent également la nacelle pour qu'en cas de largage, les pilotes devenus navigants gardent une autonomie électrique minimum à bord de leur nacelle/bateau dans l´attente de secours. 

À partir des capteurs photovoltaïques souples, l´énergie passe dans un boîtier de régulation. Elle est soit stockée dans les batteries du bord, soit directement utilisée pour le moteur propulsif principal (2 kW) et les moteurs sustentateurs secondaires (1 kW), et par les autres équipements consommateurs d´électricité que sont les feux de position, les feux de route de la nacelle, le feu de pont, le plafonnier couchette, le lecteur de carte, les ventilateurs des ballonnets, l´anémomètre de la girouette, l´éclairage du compas de route, la VHF en veille ou en émission, le GPS traceur, le transpondeur en mode C et l´ordinateur de bord. 

La route empruntée 

Dakar - La Martinique : 5.000 km
Durée estimée : 8 à 10 jours
Vitesse moyenne : 15 noeuds 

Peggy Bouchet : " Nous partons pour 8 à 10 jours de vol au-dessus de l´océan Atlantique. C´est un laps de temps suffisamment court pour que l´on puisse avoir des prévisions météo fiables. Le rôle de notre conseiller Pierre Lasnier sera de nous indiquer la fenêtre météo la plus favorable pour ce vol. Nous serons en stand by à Dakar dès le mois de janvier 2008. À lui de nous donner le top départ. La première partie du voyage entre Dakar et le Cap Vert s´annonce comme la plus délicate, alors que la traversée jusqu´à la Martinique devrait bénéficier de vents bien établis. Les deux premiers jours du voyage, où les vents de secteur nord-est sont habituellement dominants, il faudra les contrer selon leur force, par l´utilisation du chien de mer, du guide rope ou des moteurs électriques, si nous ne voulons pas descendre trop sud. " 

Agenda (indicatif) 

2007 - deux vols d´essais : la traversée de la Méditerranée (octobre) et une démonstration en vol au-dessus du Lac Léman (novembre). 

PHASE 1 :
o Depuis Janvier : Conception de la nacelle et de l´enveloppe de WINDREAM ONE
o Février - Rouen Boos : Construction du prototype de WINDREAM ONE
o Avril - Toulon : Tests du prototype sous hangar
PHASE 2 :
o Avril/Mai - Toulon : Vols d´essais en mer sur le prototype
o Juin/Juillet/Août - Toulon : Construction de WINDREAM ONE
PHASE 3 :
o Début Septembre - Toulon: Premiers essais en vol, mises au point, réglages
o Mi-Septembre - Toulon : Baptême de WINDREAM ONE
PHASE 4 :
o Début Octobre - Méditerranée : Traversée Nice - Calvi
o Début Novembre - Suisse : Démonstrations de vol au-dessus du Lac Léman
PHASE 5 :
o Décembre - Toulon : Derniers préparatifs, mise en container, départ en cargo pour Dakar 

2008 - 1er trimestre : période de stand by à Dakar et vol transatlantique 

PHASE 1 :
o Début Janvier - Dakar : Transport du matériel au Sénégal
PHASE 2 :
o Fin Janvier - Dakar : Avitaillement, gonflage, montage du ballon et stand by météo
PHASE 3 :
o Février/Mars - Atlantique : Traversée de WINDREAM ONE entre Dakar et la Martinique (8 à 10 jours)
PHASE 4 :
o Fin Mars : Retour en métropole 

Donnez une note :

Votre commentaire
Tous les commentaires sont modérés avant publication, afin de garder toute objectivité, les publicités cachées ou contre publicités sont interdites, et leurs auteurs seront black-listés.

Voir toutes les news

Follow us on socials networks

facebook twitter dailymotion google

Abonnez-vous aux flux RSS

Suivez l’actualité de tous nos magazines en vous abonnant à notre flux RSS ou en vous inscrivant à notre newsletter que vous recevrez par email.

S'abonner à un flux RSS

S'abonner à une newsletter